[Live Report] Morning Musume。 Concert Tour 2011 Aki : Ai Believe ~Takahashi Ai Sotsugyō Special~
4 Février 2012, 22:27   laRedaction   Live report   Les commentaires

C’est au Nippon Budōkan, salle mythique japonaise, que s’est déroulé le final de la tournée Ai Believe ~Takahashi Ai Sotsugyō Kinen Special~.

C’est au Nippon Budōkan, salle mythique japonaise, que s’est déroulé le final de la tournée Ai Believe ~Takahashi Ai Sotsugyō Kinen Special~.

Takahashi Ai Sotsugyō

Tôt le matin les fans attendent déjà patiemment l’ouverture de la vente des produits dérivés qui n’ouvre qu’à midi. Parmi la file colorée, on peut entendre des conversations sur le groupe, des concerts qui passent sur les pc portables, un peu de musique. Le soleil de plomb qui s’installe peu à peu n’effraye personne mais accroît l’impatience.

Takahashi Ai Sotsugyō

Si, lors des concerts précédents de cette tournée, l’organisation de la vente des produits dérivés laissait à désirer (il n’y avait, par exemple, que deux vendeuses lors du concert à Fukui, bien trop peu pour une centaine de personnes), au Budōkan c’est différent. Une bonne dizaine de points de vente seront ouverts et il y a même un stand spécial pour les femmes et les familles. Finalement, avec une heure de retard la vente s’ouvre et permet à tout le monde de se procurer les derniers goodies de la tournée. Comme pour « Rival Survival », il est possible d’acheter un Sokkō DVD, qui sera livré quinze jours plus tard et qui comprendra le concert tel qu’il a été filmé pour les écrans géants. En cadeau, un badge estampillé « Official Supporter » est offert en échange du bon de commande.

La foule remplit peu à peu la plaine du Budōkan et les quelques touristes traversant le parc attenant semblent surpris par ce qu’ils y découvrent. Il faut dire que des centaines de personnes portant des t-shirts colorés et ayant des sacs remplis de photos et goodies en tout genre, ça a de quoi surprendre lorsqu’on n’est pas au fait des choses !

Vers 16h, le staff sort les gerbes de fleurs envoyées par différents artistes et médias (Five Stars, Wani Books, J-Melo…) pour l’évènement, comme le veut la coutume.

 Takahashi Ai Sotsugyō Takahashi Ai Sotsugyō

Puis, peu à peu, les files s’organisent et la foule entre dans la célèbre salle de concert. Les différentes personnalités présentes (Sanma-san, d’anciennes Morning Musume。…) seront saluées par le public avant la représentation. Des sticks jaunes sont distribués par les fans à ceux qui n’en n’ont pas afin d’illuminer la salle de la couleur du leader des Morning Musume。 durant le Encore, qui se transformera pour l’occasion en Ai-chan-coru. Durant tout le concert, l’émotion est palpable aussi bien sur scène que dans la salle. Les neufs membres du groupe offrent une prestation maîtrisée qui semble ravir les spectateurs. Les titres s’enchaînent, beaucoup sont issus de « 12, Smart », le 12e album du groupe, pas encore sorti à cette époque. Mais qu’importe, un bon nombre de fans connaît déjà la chorégraphie sur le bout des doigts.

Pour la deuxième fois (la première étant la veille, le 29 septembre) les membres de la 10e génération fraichement arrivée montent sur scène pour se présenter. Malgré le stress, elles s’en sortent bien et sont acclamées par le public.

Au moment du Encore, la salle se couvre de jaune et scande le surnom du leader du groupe. Takahashi Ai revient sur scène en baggy et t-shirt jaune et lit une lettre à destination des fans ou elle raconte son parcours et encourage les membres qui restent. C’est la gorge nouée qu’elle chantera son solo « Jishin motte yume o motte tobitatsu kara ».

Puis vient l’heure de la cérémonie de sotsugyō, à laquelle les Juukies participent ainsi que Mitsui Aika, littéralement acclamée par le public lors de sa montée – en béquilles – sur scène. C’est la première fois qu’on la voit sur scène sur cette tournée (même si elle a participé à quelques MC vidéos) et les fans n’ont pas boudé leur plaisir de la revoir. Comme toute cérémonie d’adieu, celle-ci sera empreinte de tristesse, notamment lors du passage de flambeau entre Takahashi Ai et Niigaki Risa.

Au final, ce concert aura mélangé joie et peine, dynamisme et douceur. Un concert, qui, à la vue des yeux brillants à la sortie de la salle, aura transcendé bon nombre de fans.


Le concert du point de vue de M. Green :

Bon, autant être claire tout de suite : ce concert est fabuleux, merveilleux, grandiose, superbe. Je ne cache pas qu’y avoir assisté « en vrai » donne une autre vision de la chose. Parce qu’on y était, parce qu’on l’a vécu, parce qu’on a ressenti l’émotion et l’énergie qu’il y avait sur la scène et qui nous a transcendé au plus profond de notre être (enfin du mien en tout cas) Ce concert est une pépite, un petit bijou que je polis chaque jour dans un coin de ma mémoire. Y être allé m’a permis de me procurer le sokkō DVD qui va peut-être finir par s’user à force de tourner dans le lecteur… Ce concert, c’est une immense claque. J’ai eu la chance d’aller voir trois représentations, toutes différentes. À Fukui, il y avait l’émotion du « Tadaima ! » 1, le 29 l’émotion des Juukies et celle des Gokkies 2 et le 30… l’émotion du départ de Ai.

Le concert débute sur « Mr moonlight ~Ai no big band~». Ça commence fort ! Et ça donne le ton. La boucle est bouclée en quelque sorte. 3 Les costumes sont magnifiques et Ai-chan est grandiose, pleine de classe et d’assurance, parfaite dans son rôle. Les chansons s’enchaînent, beaucoup de nouveautés au programme. La quasi-totalité de « 12, Smart » y passe. Découvrir cet album en live, au début, j’étais sceptique. Et puis en fait j’ai trouvé ça génial. Parce que cet album est vraiment bien et en live il dépote. Les chansons sont dynamiques, délirantes, explosives. On saute, on danse, on crie, on reçoit toute cette énergie que ces neuf petits bouts de femmes nous envoient. Qu’est ce qu’on se prend dans la figure ! Quelle générosité de leur part ! Le suprême du délire – et je sais pour en avoir parlé par la suite que je ne suis pas la seule à être dans ce cas – c’est « OK YEAH ! » Pas sûre que la version studio soit réellement convaincante pour une première écoute. Mais en live… la chorégraphie du refrain est délirante, un peu débile, tout ce qu’il faut pour la retenir facilement et la refaire sans y penser à chaque écoute de la chanson, à la maison ou au H ! P Shop de Ueno la veille de la sortie de l’album (cela sentirait-il l’expérience vécue ?)

Le moment fort de ce concert aura été, pour moi, « Suki na senpai ». Cette chanson, Ai et Risa, l’écran géant splité avec d’un côté le retour scène et de l’autre la diffusion du concert « Love is Alive » de 2002… frissons garantis. Encore plus le 29, avec la présence de Konno Asami et Ogawa Makoto. Les Gokkies sur scène c’était fantastique, un pur moment de plaisir.4

Et puis il y a « Bravo ! » aussi. Où le dynamisme a laissé place à la douceur au début de la chanson. Elles nous demandent de chanter avec elles. Et on le fait. Même en yaourt japonais. Et puis paf ! le dynamisme de la chanson revient et les revoilà à sauter partout en nous entraînant avec elles.

Lorsque arrive le Encore, l’émotion de tristesse qui était un peu présente chez tout le monde durant le concert s’impose à tous. La salle s’illumine de jaune. Ai-chan arrive en baggy, en t-shirt, en chapeau. Je l’avoue, je m’attendais à ce qu’elle arrive dans une jolie tenue, comme on en voit pour tous les sotsugyō. Et puis, pour en avoir parlé ensuite, elle est arrivée en Ai-chan en fait. Elle nous parle d’elle, encourage les membres, pleure. Et nous on pleure aussi. J’ai pleuré, mes voisins ont pleuré, Ai-chan a pleuré, tout le monde a pleuré. Elle chante son solo « Jishin motte yume o motte tobidatsu kara ». Et c’était magistral, grandiose. Il y a ce moment dans le refrain où elle lève le poing au ciel et où elle dit « Thank you ‘till now, Thank you tonight ». Dans l’assistance on lève le poing aussi. Et pour ma part je lui ai renvoyé ses paroles, un grand merci pour tout ce qu’elle nous a donné jusqu’à aujourd’hui, ce qu’elle nous a donné ce soir là, ce qu’elle nous donnera par la suite. Sa générosité sur scène ne semble pas avoir de limite, elle donne et donne encore, quelle grande artiste ! La cérémonie en elle-même a été difficile mais moins que ce à quoi je m’attendais. Cependant, voir Sayumi complètement défaite, ça m’a mis un coup au cœur. Et puis le moment entre Risa et Ai ça a été difficile également. On a bien ressenti la tristesse qu’elles avaient de se séparer et ne pas pleurer aura été impossible (heureusement j’avais prévu les mouchoirs !) Il y a eu tout de même la joie de voir Aika, c’était un plaisir de pouvoir la revoir sur scène et je crois que beaucoup de monde a partagé ce sentiment.

Le concert finit sur « Tomo » suivi de « Namidacchi ». Pour bien nous enfoncer dans nos larmes. On pleure mais on profite. Ce sont les deux dernières chansons après tout ! Bien sûr, à la fin, on rappelle Ai. Elle revient et entreprend de jeter tous ses accessoires dans le public. Facile quand ce sont de petits bracelets en caoutchouc ou une casquette. Beaucoup moins lorsque c’est une parka. Elle loupe lamentablement son lancé, petit instant drôle qui fait du bien à ce moment là. Elle repart, elle revient. Je crois que personne n’a envie que ce moment s’arrête. Mais c’est déjà la fin et tout le monde – ou presque – lance les traditionnels « Musume Saikō ! », « Oyasayumin ! », « Otsukareina ! » et, pour l’occasion, « Ai-chan Saikō ! »

Ce concert était grandiose, superbe. Un spectacle comme on aurait pu en rêver pour le départ de celle qui aura marqué les Morning Musume。 de son empreinte pendant 10 longues années. 10 belles années. Takahashi Ai, merci !

M. Green

1 Takahashi Ai vient de Fukui et il est de tradition, lorsque le groupe donne un concert dans la préfecture d'un des membres, que le rappel lui soit dédié et que lorsqu'elle crie « Tadaima! » (Je suis de retour!), le public lui réponde « Okaeri! » (Bon retour chez toi!) 2 Les membres de la 10e génération ont été présentés au groupe et au public lors du concert du 29. De plus, lors de cette date, les membres de la 5e génération étaient à nouveau réunis. 3 « Mr moonlight ~Ai no big band~» est la première chanson à laquelle les membres de la 5e génération ont participé. 4 « Suki na senpai » est la chanson que les membres de la 5e génération ont interprété sur « 4th Ikimasshoi! », le premier album auquel elles ont participé. Elles l'ont chanté pour la première fois lors du concert de printemps 2002, « Love is Alive », qui est leur première tournée.  

Les commentaires


Page générée en 0.05571 secondes